BD et romans graphiques·Littérature étrangère

Des souris et des hommes – J. STEINBECK R. DAUTREMER

Petite pépite parue un peu avant Noël (2020), l’adaptation du roman de John Steinbeck, Des souris et des hommes, par Rébecca Dautremer est une merveille, un petit bijou à offrir à ceux que vous aimez. L’histoire est triste, c’est vrai, mais quelle beauté.

Lire la suite « Des souris et des hommes – J. STEINBECK R. DAUTREMER »

BD et romans graphiques·Romances

Malgré tout – Jordi LAFEBRE

Voici une belle histoire d’amour, joliment amenée par Jordi Lafebre qui a pris le parti de la raconter en commençant par sa fin et en remontant le temps jusqu’à ses débuts. Malgré tout est une bande dessinée à offrir à un ou une romantique.

Lire la suite « Malgré tout – Jordi LAFEBRE »

BD et romans graphiques

Le Patient – Timothé LE BOUCHER

J’ai surveillé de près la sortie de cet album de Timothé Le Boucher car sa précédente BD (Ces jours qui disparaissent) m’avait énormément plu. Il s’agissait de l’histoire complètement dingue et un peu magique d’un homme qui perdait peu à peu le contrôle de son corps et de sa vie au profit d’un Autre. Un vrai coup de cœur ! Lire la suite « Le Patient – Timothé LE BOUCHER »

BD et romans graphiques

Boni, dernière bouchée de carottes – Ian FORTIN

Boni est une bande dessinée humoristique je suis tombée dessus un peu par hasard en voulant offrir une BD pour un petit garçon de 6 ans. Avec ses dessins tout doux et ses couleurs acidulées, je pensais avoir trouvé mon bonheur : une BD pour enfants… mais peut-être pas.

Lire la suite « Boni, dernière bouchée de carottes – Ian FORTIN »

BD et romans graphiques

Le goût d’Emma – Emma MAISONNEUVE

J’ai découvert ce manga/BD/roman graphique en flânant dans jolie librairie à Arcachon pendant nos vacances. La couverture représente une jeune femme souriante qui s’apprête à déguster une bouchée d’un plat. Avouez que ça donne envie d’en découvrir davantage !

 

Lire la suite « Le goût d’Emma – Emma MAISONNEUVE »

BD et romans graphiques

Ces jours qui disparaissent – Timothé Le Boucher

Ces jours qui disparaissent - Timothé Le BoucherJ’ai rencontré cette bande dessinée pour la première fois chez le libraire à la rentrée. J’avais eu peur de mettre 22€ dans une histoire qui me paraissait « légère » à première vue…
ERREUR !
L’histoire racontée par cette bande-dessinée est profonde, subtile ; les dessins et leurs couleurs sont doux et esthétiques, en un mot : c’est sublime !

Lire la suite « Ces jours qui disparaissent – Timothé Le Boucher »

BD et romans graphiques

Panama Al  Brown – Alex W. Inker

Panama Al  Brown - Alex W. InkerLaissez-vous capter par le dessin singulier de cette bande dessinée signée Alex Inker. Il y est question de boxe, mais aussi de Jazz, de différences, d’amitiés et d’atmosphères saturées de fumée de tabac.
Panama Al Brown était le ‘nom de scène’ d’un boxeur des années 20-30, dont la vie aux mille vies s’est soldée par une fin tragique : « les boxeurs finissent mal ». 
Tour à tour boxeur, joueur de poker, danseur, musicien, dandy et ami de Cocteau, Al Brown est épuisant de talent et de malchance.

Même s’il met tout en œuvre pour se sortir de la pauvreté qui l’a vu naître, il est bien souvent rattrapé par des « managers » peu scrupuleux qui se servent de lui pour se remplir les poches. Il y a du contraste entre l’acharnement d’Al Brown et la facilité avec laquelle il se fait mettre la grappin dessus par des escrocs.
Mais le contraste, on le retrouve surtout dans les dessins, sublimes, faits de noir et de blanc. 

La forme des vignettes nous aide à nous repérer dans la narration et ses récits imbriqués sans jamais se perdre.  

J’ai immédiatement flashé sur le dessin qui m’a fait pensé à ceux de l’époque de Popey et Felix (que je n’ai pas connu). Petite, j’avais eu l’occasion de voir ces dessins animés à de nombreuses reprises et je suppose qu’il y a un effet « madeleine de Proust » quand je suis tombée sur ceux d’Alex W. Inker.

BD et romans graphiques

La parole du muet – Galandon/Blier 

La parole du muet - Galandon/Blier L’histoire : Célestin, fils d’un notaire de campagne, quitte ses parents après les avoir entendu se lamenter d’avoir un fils aussi décevant que lui.Passionné par le cinéma, Célestin décide de poser bagage à Paris et de tenter sa chance dans le cinéma. L’aventure commence ! Célestin souhaite devenir réalisateur et il ne recule devant rien pour essayer de réaliser son rêve.
 
Mon avis : Cette bande dessinée en deux tomes est un parfait divertissement. L’ambiance du vieux Paris des années vingt, les costumes, l’atmosphère des troquets et des studios de cinéma muet sont parfaitement rendus grâce à une palette de couleurs délicatement sépia. C’est un univers formidable ! Le personnage de Célestin est on ne peut plus attachant, sa bonhommie, sa gentillesse et sa passion pour le 7e art deviennent communicatives au fil des planches.
Ce personnage a une volonté de fer et malgré les obstacles qui paraissent infranchissables, Célestin parvient petit à petit à se rapprocher de son objectif.
Le premier tome est très réussi, mais c’est dans le deuxième que les personnages vont prendre toute leur ampleur et se révéler. Les actions et péripéties y sont plus nombreuses, les révélations et autres retournements de situation s’enchaînent à la perfection. Réaliser un film en toute clandestinité est une véritable aventure !
Dans leur étui cartonné ces deux BD racontent une belle histoire de cinéma et de camaraderie.