La parole du muet – Galandon/Blier 

La parole du muet - Galandon/Blier L’histoire : Célestin, fils d’un notaire de campagne, quitte ses parents après les avoir entendu se lamenter d’avoir un fils aussi décevant que lui.Passionné par le cinéma, Célestin décide de poser bagage à Paris et de tenter sa chance dans le cinéma. L’aventure commence ! Célestin souhaite devenir réalisateur et il ne recule devant rien pour essayer de réaliser son rêve.
 
Mon avis : Cette bande dessinée en deux tomes est un parfait divertissement. L’ambiance du vieux Paris des années vingt, les costumes, l’atmosphère des troquets et des studios de cinéma muet sont parfaitement rendus grâce à une palette de couleurs délicatement sépia. C’est un univers formidable ! Le personnage de Célestin est on ne peut plus attachant, sa bonhommie, sa gentillesse et sa passion pour le 7e art deviennent communicatives au fil des planches.
Ce personnage a une volonté de fer et malgré les obstacles qui paraissent infranchissables, Célestin parvient petit à petit à se rapprocher de son objectif.
Le premier tome est très réussi, mais c’est dans le deuxième que les personnages vont prendre toute leur ampleur et se révéler. Les actions et péripéties y sont plus nombreuses, les révélations et autres retournements de situation s’enchaînent à la perfection. Réaliser un film en toute clandestinité est une véritable aventure !
Dans leur étui cartonné ces deux BD racontent une belle histoire de cinéma et de camaraderie.

Publicités

Le Bois dormait – Rebecca DAUTREMER

Le Bois dormait - Rebecca Dautremer Le Bois dormait est une belle interprétation du conte de La Belle au Bois dormant par la talentueuse Rebecca Dautremer. 

Dans cet album à la couverture satinée, Rebecca Dautremer met en regard deux personnages qui discutent face à des aquarelles colorées et saisissantes  de beauté et de poésie. 
Sobrement esquissés au crayon, les deux personnages déambulent seuls au centre d’une page blanche. Au fil des pages, ils nous accompagnent dans le décor endormi de cette ville où le temps semble suspendu. Avec respect et douceur, le plus vieux explique au jeune homme qui le suit qu’une malédiction a frappé la ville et que le sort pourrait être rompu par un baiser… un baiser d’amour.

Le Bois dormait - Rebecca DAUTREMERFace à ces personnages, on est frappé par la beauté des aquarelles sur les pages de droite. Chacune des illustrations est une œuvre d’art pleine de symboles et de détails surprenants et pertinents. Les personnages aux yeux clos sont touchants de douceur et de candeur. Surpris par le sommeil au cœur de leur quotidien, ils se sont laissés aller aux rêves…

Comment ne pas être immédiatement charmé ou bien troublé par ces illustrations et leur poésie. J’ai reçu Le Bois dormait à Noël et je l’ai déjà relu plusieurs reprises pour le plaisir des yeux. N’hésitez pas à offrir cet album qui est un petit bijoux qui fera le bonheur des enfants comme des adultes. 


Vous pouvez admirer son travail sur son site : http://www.rebeccadautremer.com/

Une nuit à Rome – Jim

Une nuit à Rome - JimL’histoire : En couple avec Sophia dont le père est aussi son employeur, Raphaël semble à peu près rentré dans le moule de la stabilité. A quelques jours de son quarantième anniversaire, il reçoit une vieille cassette VHS datant de vingt ans. Vingt année plus tôt, où il s’était filmé avec, Marie, son amour de jeunesse. Nés tous les deux le 15 août, ils s’étaient promis, quoi qu’il arrive, de se retrouver à Rome vingt ans plus tard pour passer ensemble la nuit de leurs 40 ans.
  
Mon avis : Cette bande dessinée, en deux tomes, se lit avec facilité. Les dessins sont séduisants et nous charment avec leurs couleurs chaudes. Malheureusement, l’intrigue qui semblait prometteuse est sans grand intérêt… une banale histoire d’adultère. Et comme souvent avec Jim les femmes sont vénales et manipulatrices. J’ai lu cette BD (édition intégrale) sur tablette via l’appli Kindle lors d’un trajet en train. Je pense que si je l’avais achetée en papier, j’aurai été déçue de mon achat. Mais le numérique présente quelques avantages dont le prix ce qui permet de découvrir des titres vers lesquels on ne serait pas attires en temps normal.
En bref, un BD calibrée pour le transat et la légèreté estivale. Malgré des personnages un peu trop stéréotypés à mon goût, l’intrigue est divertissante et les graphismes sont très agréables. Difficile de ne pas craquer devant les dessins lissés et acidulés de Jim. Leurs traits délicats et leurs couleurs sont sans aucun doute les principaux atouts d’Une nuit à Rome.

Le Dahlia Noir – ELLORY, HYMAN 

Le Dahlia Noir - ELLORY, HYMAN J’ai découvert le travail de Miles Hyman il y a quelques années avec Nuit de Fureur. J’avais été grandement séduite par la fabuleuse atmosphère dégagée par ses dessins. Pour l’adaptation du roman de Jame Ellroy, il a collaboré avec David Fincher et Matz.


L’histoire
: Le 15 janvier 1947, la police de Los Angeles trouve sur un terrain vague le cadavre nu d’une femme de 22 ans, Betty Short. Le corps est sectionné en deux au niveau de la taille, vidé de ses organes et de son sang, il présente de nombreuses lacérations et brûlures, notamment aux seins, et la bouche a été ouverte d’une oreille à l’autre. La police met toutes ses forces sur ce meurtre qui, à cause de la tendance de la victime à se vêtir de noir, devient « l’affaire Dahlia noir ». Elle va faire la une du Herald Express pendant douze semaines.

Mon avis : Certains pourront être gênés par l’aspect figé et statique des dessins. Pour moi, la patte de Miles Hyman est incomparable, son style est unique et reconnaissable entre tous. Il était tout désigné pour adapter Le Dahlia Noir en BD. Sa palette de couleurs, qui fait flirter ensemble les jaunes et les bruns, frôle le sépia. Un effet « rétro » parfait pour nous plonger dans l’atmosphère tantôt feutrée, tantôt bouillonnante des années 40-50. 

Matz et David Fincher ont réalisé une très belle découpe du livre de James Ellroy, rien ne manque à la terrible histoire d’Elisabeth Short, le Dahlia Noir. C’est une véritable prouesse d’adapter un roman de 500 pages en bande dessinée de 170 à laquelle rien ne manque, pas même l’ambivalence des personnages ou la complexité de leurs relations.

Cette bande dessinée est presque un chef d’œuvre puisqu’elle regroupe à elle seule un auteur de renom, James Ellroy, un réalisateur hors pair, David Fincher*, un scénariste BD de talent, Matz, et un dessinateur inimitable, Miles Hyman. Bref, c’est le cadeau parfait !

* je ne tolèrerai aucune critique de David Fincher, il est mon réalisateur préféré. 😀

Hello Viviane – Golo ZHAO

Hello VivianeCe weekend j’ai lu une BD/manga/roman graphique d’un auteur chinois, Golo Zhao, vendu très modestement comme le digne successeur de Jiro TANIGUCHI et de Miyazaki (rien que ça). Il y a quelques années, les romans graphiques de Taniguchi me faisaient rêver, je ne compte plus le nombre de fois où je me suis replongée de le sublime Quartier Lointain, Journal de mon Père et autre Gourmet solitaire. Ces dessins très lissés, ces personnages songeurs et leurs escapades magiques et oniriques… Et je ne parle pas de Miyazaki qui a enchanté toute mon adolescence.

Lire la suite

Comment sauver son couple en 10 leçons (ou pas) – Stéphanie Blake

Comment sauver son couple - BLAKEJ’ai pu lire ce livre grâce aux éditions Fayard/Mazarine  et Netgalley qui m’ont accordé leur confiance. J’étais vraiment curieuse de découvrir ce livre pour adultes parce que Stéphanie Blake est auteur jeunesse (vous avez très certainement déjà croisé son héro de lapin). Dans ce roman-graphique Stéphanie Blake se focalise sur la vie de couple et les (nombreux) soucis qui parviennent à fleurir sur le chemin de la-vie-à-deux. Lire la suite

Carnet de santé foireuse – POZLA

Carnet de santé foireuse POZLAJ’ai beaucoup entendu parler de cette BD depuis sa sortie mais le dessin m’avait à chaque fois repoussée lorsque je le feuilletais en librairie. La semaine dernière, je remontais la rue de la Bibliothèque quand j’ai vu Le carnet de santé foireuse derrière la vitrine de Bertrand le bouquiniste. Je me suis arrêtée net, Bertrand finissait de fumer sa cigarette avant la fermeture de sa boutique « c’est une occasion » qu’il me dit, je lui souris « c’est encore mieux ainsi ». Et voilà une histoire qui finit bien en offrant à mes yeux une nouvelle perspective de lecture. Lire la suite