Tu tueras l’ange – Sandrone DAZIERI

Tu tueras l'ange - Sandrone DAZIERIQu’il est bon de retrouver des personnages que l’on apprécie ! Dans son dernier roman, Sandrone Dazieri remet en selle ses deux écorchés de personnages principaux : Colomba et Dante. Ces derniers se sont quittés en froid et le poids des non-dits est très présents dans leurs premiers échanges. Heureusement, le duo fonctionne toujours aussi bien et c’est ensemble qu’ils vont se lancer à la poursuite d’une tueuse impitoyable qui se fait surnommer Giltiné, l’ange de la mort. Partout où elle passe, Giltiné sème la mort. Personne ne semble connaître la véritable identité de cette femme ? Pourquoi tue-t-elle autant de personnes ? Et dans quel but ? Terrorisme ? Vengeance ? Espionnage ?

Dante et Colomba se lancent dans une course contre la montre pour la mettre hors d’état de nuire avant qu’elle ne tue davantage de personnes. De son côté, Dante, tente aussi d’investiguer les zones d’ombre de son passé et découvrir qui est ce mystérieux frère.
Tu tueras l’ange est peut-être un peu moins porté sur l’action que Tu tueras le père (le tome 1) qui nous mettait K.-O. à la fin de chaque chapitre. Ce roman se rapproche davantage d’une enquête que d’un roman d’aventure même si le dernier tiers est dense et fourni en péripétie. Le final parfait à mon goût : coups de théâtre, situations périlleuses et révélations retentissantes qui nous laissent dans l’attente (cruelle) du dernier tome de cette trilogie.

La femme secrète – Anna Ekberg 

La femme secrète - Anna Ekberg J’ai été captée par ce thriller, je me suis creusé le cerveau pour essayer de deviner l’identité (la vraie) d’Helene mais j’ai dû attendre les derniers chapitres pour avoir le fin mot de l’histoire, ce qui est très plaisant quand on est amateur de thriller.

Pendant toute la lecture, on est malmené par Anna Ekberg. Elle fait de nous des lecteurs parano qui soupçonnent à tour de rôle tous les personnages d’être des manipulateurs et de cacher leur véritable nature
La femme secrète est très bien rythmé, son alternance de chapitres courts écarte toute monotonie. Les deux protagonistes se lancent chacun de leur côté à la poursuite de la vérité, chaque fin de chapitre apporte son lot de révélations et de péripéties, impossible de s’ennuyer.

Et je ne sais pas si c’est la canicule qui me fait dire ça mais je trouve qu’avec cette couverture ce pourrait être un bon livre pour la plage ! Je n’hésiterai pas à acheter se livre pour l’offrir à quelqu’un cet été !

Une nuit à Rome – Jim

Une nuit à Rome - JimL’histoire : En couple avec Sophia dont le père est aussi son employeur, Raphaël semble à peu près rentré dans le moule de la stabilité. A quelques jours de son quarantième anniversaire, il reçoit une vieille cassette VHS datant de vingt ans. Vingt année plus tôt, où il s’était filmé avec, Marie, son amour de jeunesse. Nés tous les deux le 15 août, ils s’étaient promis, quoi qu’il arrive, de se retrouver à Rome vingt ans plus tard pour passer ensemble la nuit de leurs 40 ans.
  
Mon avis : Cette bande dessinée, en deux tomes, se lit avec facilité. Les dessins sont séduisants et nous charment avec leurs couleurs chaudes. Malheureusement, l’intrigue qui semblait prometteuse est sans grand intérêt… une banale histoire d’adultère. Et comme souvent avec Jim les femmes sont vénales et manipulatrices. J’ai lu cette BD (édition intégrale) sur tablette via l’appli Kindle lors d’un trajet en train. Je pense que si je l’avais achetée en papier, j’aurai été déçue de mon achat. Mais le numérique présente quelques avantages dont le prix ce qui permet de découvrir des titres vers lesquels on ne serait pas attires en temps normal.
En bref, un BD calibrée pour le transat et la légèreté estivale. Malgré des personnages un peu trop stéréotypés à mon goût, l’intrigue est divertissante et les graphismes sont très agréables. Difficile de ne pas craquer devant les dessins lissés et acidulés de Jim. Leurs traits délicats et leurs couleurs sont sans aucun doute les principaux atouts d’Une nuit à Rome.