La mémoire de Babel – Christelle DABOS

La mémoire de Babel - Christelle DABOSL’histoire : Deux ans et sept mois après avoir quitté le Pôle Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Sous une fausse identité, elle rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité pour suivre les traces de Thorn et les secret des livres des Esprits de famille.

Mon avis : Si j’ai aimé retrouver les personnages et l’univers unique de Christelle Dabos, ce troisième livre m’a semblé plus laborieux, plus mou. Il faut dire que Les disparus de Clairdelune était particulièrement réussi !

Dans ce volet, les personnages sont séparés et mènent leurs combats chacun de leur côté. Et de fait, nous suivons surtout Ophélie qui a atterri sur l’arche Babel et qui va devoir aller à l’école… A partir de ce moment en pendant plus d’un tiers du livre je me suis demandé ce que je faisais là, à lire les aventures d’une écolière, ses cours soporifiques, ses déboires avec les camarades de classe et ses montagnes de devoirs. Mortel.

Mais bon, l’histoire progresse et les personnage évoluent encore. Les derniers chapitres sont absolument captivants, un cocktail de révélations, de courage, d’aventure, d’action, d’amour et OH ! de twist final !

Je scrute le site de Christelle Dabos à l’affut d’informations sur le prochain (et dernier) tome !

Publicités

Pas si simple – Lucie Castel

Pas si simple - Lucie CastelCurieusement bien écrite,  Pas si simple est une romance fraiche, pleine d’esprit et d’humour. Le divertissement parfait en cette période de préparation des fêtes.

Peu habituée aux romances, je suis toujours surprises par les situations qui manquent parfois de naturel ou du moins de réalisme : « tout va un peu vite » entre les personnages. Mais je ne vais pas chipoter parce que ces situations hors du commun sont l’essence même d’une romance.

J’ai pris énormément de plaisir à lire cette histoire. J’aimerais la conseiller à plein de copines ! Les dialogues entre les personnages sont piquants d’humour, et il n’y a pas un seul temps mort. Les personnages correspondent parfaitement à leur image de « personnages de romance ».
L’héroïne est attachante malgré un côté tête à claque dans les premiers chapitres mais ses réflexions m’ont beaucoup fait sourire et j’ai fini par l’apprécier et par vibrer avec elle.
Enfin, le prince charmant EST charmant… Jugez-en par vous-même : britannique francophone, cultivé et prévenant, doté d’un physique agréable, et dont le salaire lui permet d’habiter l’un des plus beaux quartiers de Londres, ce qui ne gâche rien.
Pour couronner le tout, c’est Noël, c’est magique, il neige et tout est beau ! J’adore et je ne vais pas hésiter un seule seconde avant de coller sur ce roman mon étiquette dorée en forme de cœur « romance de Noël » !

Sharko – Franck THILLIEZ 

Sharko - Franck THILLIEZ L’histoire : Lucie n’a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d’être confiée au 36, car l’homme abattu n’avait semble-t-il rien d’un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.

Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l’enquête et s’enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu’à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu’ils s’étaient efforcés de bâtir.

 

 

Mon avis : J’avais été marquée par les épreuves cruelles que Franck Thilliez faisait endurer à ses personnages dans Pandemia. Sharko est plus modéré dans le nombre de morts violentes et autres destins tragiques auxquels sont soumis les personnages. L’intrigue de ce thriller est brillante ! Quoi de plus croustillant que l’histoire d’un flic qui maquille la scène du crime qu’il sera amené à élucider avec son équipe ?!

Dans ce polar haletant, les héros sont tantôt enquêteurs, tantôt criminels. Il leur faut sans cesse sauver les apparences, être irréprochable, ne faire aucune erreur, ne laisser aucun indice même infime qui pourrait attirer l’œil de leur excellente équipe du 36. Bref, c’est un pur régal ! Comme c’est de circonstance, je pense que j’offrirai ce roman pour Noël.

Le couple d’à côté – Shari LAPENA

Le couple d’à côté - Shari LAPENA

L’histoire : Anne et Marco sont invités à dîner chez leurs voisins. Alors que la baby-sitter les lâche au dernier moment, ils décident d’emporter avec eux le babyphone et de passer toutes les demi-heures surveiller le bébé. La soirée s’éternise. La dernière fois qu’ils sont allés la voir, Cora dormait à poings fermés. Mais à leur retour : le berceau est vide.
Pour la première fois, ce couple apparemment sans histoire voit débarquer la police chez lui. Or, la police ne s’arrête pas aux apparences…

 

Mon avis : L’auteure de ce, Shari LAPENA, roman est brillante ! Telle une caméra indiscrète, elle fouille dans les émotions et la psychologie de tous les personnages. Leurs incertitudes, leurs douleurs, leurs suspicions… Tout est passé au crible. En progressant dans ce thriller, on apprend à connaître les personnages, leur passé et leur psychologie. Lorsque qu’on les connaît tous, on a la clé de la disparition de cette enfant… ou presque.

Étant donné la maîtrise parfaite de la narration ; qui nous fait pénétrer progressivement l’esprit des personnages, on aurait pu s’attendre à davantage de finesse dans le dénouement. Malgré ce tout petit bémol, c’est un thriller qui m’a donné une grande satisfaction ! J’ai adoré en découvrir toujours davantage que les personnages jusqu’à comprendre enfin toute l’histoire. Le couple d’à côté est un thriller très convainquant que j’offrirai sans aucune hésitation aux amateurs du genre pour Noël.

L’instant précis où les émotions s’entremêlent – Angélique BARBERAT 

L’instant précis où les émotions s’entremêlent - Angélique BARBERAT Ce que j’ai le plus aimé dans ce roman, c’est sa couverture pleine de promesse et de douceur. Malheureusement L’instant précis où les destins s’entremêlent ne m’a pas du tout transportée.
 
Le succès de ce livre reste pour moi incompréhensible. Je ne vois pas comment m’y prendre pour rédiger une critique qui soit autre chose qu’une longue énumération des défauts de ce roman.
Sur fond de violence conjugale, cette romance fade et cul-cul la praline, met en scène deux personnages écorchés par la vie. Coryn est battue par son mari et Kyle a vu sa mère mourir sous les coups d’un mari violent lorsqu’il était enfant. Ils vont se rencontrer au hasard d’un accident et tomber amoureux. Malheureusement, tout le croustillant est éclipsé par une narration looooooongue et fastidieuse. Et, mis à part le petit retournement de situation concernant Kyle, il se passe peu de choses que l’on ne peut deviner 20 pages en avance… ce qui est, vous l’aurez deviné, d’un ennui profond.
Je ne parlerais pas du style qui est maladroit : le mélange de phrase gnagnan avec un langage familier est très surprenant.
Une lecture décevante que j’ai lu avec ennui et sans plaisir. Toutefois, la fin rehausse légèrement le vide de cette romance.

Panama Al  Brown – Alex W. Inker

Panama Al  Brown - Alex W. InkerLaissez-vous capter par le dessin singulier de cette bande dessinée signée Alex Inker. Il y est question de boxe, mais aussi de Jazz, de différences, d’amitiés et d’atmosphères saturées de fumée de tabac.
Panama Al Brown était le ‘nom de scène’ d’un boxeur des années 20-30, dont la vie aux mille vies s’est soldée par une fin tragique : « les boxeurs finissent mal ». 
Tour à tour boxeur, joueur de poker, danseur, musicien, dandy et ami de Cocteau, Al Brown est épuisant de talent et de malchance.

Même s’il met tout en œuvre pour se sortir de la pauvreté qui l’a vu naître, il est bien souvent rattrapé par des « managers » peu scrupuleux qui se servent de lui pour se remplir les poches. Il y a du contraste entre l’acharnement d’Al Brown et la facilité avec laquelle il se fait mettre la grappin dessus par des escrocs.
Mais le contraste, on le retrouve surtout dans les dessins, sublimes, faits de noir et de blanc. 

La forme des vignettes nous aide à nous repérer dans la narration et ses récits imbriqués sans jamais se perdre.  

J’ai immédiatement flashé sur le dessin qui m’a fait pensé à ceux de l’époque de Popey et Felix (que je n’ai pas connu). Petite, j’avais eu l’occasion de voir ces dessins animés à de nombreuses reprises et je suppose qu’il y a un effet « madeleine de Proust » quand je suis tombée sur ceux d’Alex W. Inker.

Rêver – Franck THILLIEZ

Rêver - Franck THILLIEZRêver est un vrai plaisir pour un lecteur de polars. 

L’histoire : L’héroïne, Abigaël Durnan, est une psychologue extrêmement perspicace qui aide la police dans ses enquêtes. Abigaël souffre aussi de narcolepsie une pathologie aussi handicapante qu’utile dans ses enquêtes puisqu’elle se sert de ses rêves pour comprendre les sujets qu’elle traque.
Au début du roman, Abigaël et ses collègues sont plongés dans une affaire complexe d’enlèvement d’enfants. Mais alors que l’enquête piétine, Abigaël est victime d’un accident de la route dans lequel elle perd son père et sa fille unique. Dévastée, elle sombre petit à petit et se laisse engloutir par la narcolepsie. Rapidement il lui devient difficile de faire la différence entre le rêve et la réalité…
 
Mon avis : Franck Thilliez est un génie qui excelle dans la manipulation de ses lecteurs. Rêver est ce que l’on pourrait « englishemment » appeler un page-turner. Ce qui veut dire, en français dans le texte, qu’on ne peut s’empêcher de tourner les pages de ce roman jusqu’à en avoir lu la dernière ligne. Chaque chapitre est un condensé d’action et de suspense qui se termine de telle façon qu’il est impossible de ne pas en commencer un nouveau. Rêver, un thriller qui rend insomniaque.

Je n’ai pas pu m’empêcher de repenser à un autre thriller de Franck Thillier : Puzzle, où on oscille entre le rêve et la réalité dans ce qu’elle a de plus cru et de plus cauchemardesque.
En bref, ce roman est une vraie réussite. Je suis d’ailleurs impatiente de commencer Sharko (un délicieux cadeau de Monsieur J.) pour retrouver le plaisir que j’ai pris à lire Rêver.

Les disparus du Clairdelune – Christelle DABOS

Les disparus du Clairdelune - Christelle DABOSLes disparus du Clairdelune est encore plus croustillant que le premier livre de La Passe-miroir : Les fiancés de l’hiver.
Dans la suite des aventures, les personnages gagnent en profondeur, en nuance mais aussi en noirceur. La relation entre Thorn et Ophélie se complexifie, Thorn semble s’attacher à sa fiancée mais il est difficile de s’avoir si c’est son pouvoir ou son coeur qu’il convoite…Je dois avouer que je me suis parfois sentie comme une adolescente en lisant ce deuxième tome.
Maintenant qu’Ophélie a été officiellement présentée à la cour, le danger est omniprésent et ils se fait plus sournois aussi… Car, gare aux illusions, les complots et les coups bas vont bon train au Pôle. Et notre jeune héroïne ne tarde pas à recevoir des menaces de mort.

Alors qu’elle enquête sur les disparitions qui ont eu lieu au sein de l’ambassade, elle découvre que toutes les disparus ont eux aussi reçu des menaces similaires aux siennes…
Thorn éloigne Ophélie de la cour et de ses dangers mais on a de cesse de se demander si c’est pour la protéger ou pour l’écarter de ses propres ambitions. Comme les enjeux sont d’importance capitale, Ophélie prend autant de libertés que de risques pour comprendre qui se cache derrière les menaces et les disparitions.
La fin me laisse dans l’attente de la suite, La Mémoire de Babel, qui fort heureusement se trouve déjà dans ma bibliothèque !

Petite note : dans ce tome, Archibald m’a beaucoup fait pensé au très excentrique Hurle de Diana Wynne Jone, ce personnage que j’adore 😍 !

Domina – L. S. HILTON

Maestra - L. S. HILTONLors de ma lecture du premier tome, Maestra, j’étais restée perplexe face au fossé qu’il y avait entre mon expérience de lecture et le tapage médiatique autour de ce roman. Beaucoup de choses m’avaient plu, les rebondissements, l’humour décapant, les passages érotiques, et j’étais curieuse de  découvrir la suite pour me faire une idée précise de cette auteure. Verdict avec Domina

 
Ce deuxième roman donne une intrigue complexe et fastidieuse, qui donne clairement la désagréable sensation de s’ennuyer. L’humour et les scènes trashs de Maestra ont cédé leur place à une fuite à travers l’Europe pour échapper à de gros méchants rouskovs qui cherchent à s’emparer d’une toile du Caravage.

Domina repose sur un personnage unique : Judith. C’est elle qui est traquée, qui réussi ses propres sauvetages, qui mène ses enquêtes, fait des déductions, résout les problèmes, etc. Je me suis lassée de Judith, égale à elle même du début à la fin, son personnage n’évolue pas assez à mon goût même si les révélations sur son passé sont bouleversantes et extrêmement bien amenées. 

Malgré quelques moments de tension et des actions bien rythmées, L. S. Hilton ne réussit pas à faire décoller son intrigue comme dans son premier roman. Belle déception pour moi…
 

Les fiancés de l’hiver – Christelle DABOS

La Passe-Miroir 1 - Christelle Dabos Gallimard a déjà publié trois des quatre volume de la saga La Passe-Miroir de Christelle Dabos et j’étais, jusque-là, passée à côté. Heureusement, l’été est passé par là et j’ai pu acheter le premier volume en grand format chez Gibert au détour d’un petit weekend parisien.
À peine le livre entre les mains, sa belle couverture bleue, son illustration délicate et son titre poétique « Les fiancés de l’hiver » nous séduisent déjà. Dès les premières pages, nous sommes projetés dans un univers unique, sorte d’hybride entre un décor fantasy, merveilleux et Belle Époque (1890-1910).
Même si les premiers chapitres peuvent sembler un peu longuets, l’univers de Christelle Dabos est tellement riche qu’il suffit à nous émerveiller. Son héroïne évolue tantôt dans des lieux aux atmosphères radicalement différentes et passe ainsi du faste doré des salons de la cour où les illusions sont reines, aux petites ruelles pavées que la nuit à rendues désertes et dangereuses.

Les fiancés de l’hiver
est magnifiquement bien écrit. Christelle Dabos utilise un vocabulaire et un phraser bien loin de celui que l’on peut habituellement rencontrer dans les young adults. Ce qui ne l’empêche pas d’être facile à lire.
Contrairement à certains personnages de romans ados, ceux de La Passe-Miroir ne se contentent pas d’incarner des stéréotypes. Ils évoluent avec leur environnement et les évènements qu’ils vivent. Ainsi ils s’enrichissent et deviennent plus complexes pour notre plus grand plaisir. La relation entre Ophélie et Thorn, son fiancé, est très originale. Il n’y a rien de nunuche dans leurs échanges qui restent froids et polis. Sans se détester, ils ne s’apprécient pas et ne se forcent pas à faire semblant… même si on sent que leur relation pourrait évoluer Ophélie est une héroïne très attachante, elle parait introvertie et maladroite mais bien vite, elle devient courageuse et audacieuse, elle ne recule plus face au danger et s’affranchit de l’autorité !
 

Les fiancés de l’hiver
est un pur régal, un roman d’aventure, de mystère, une plongée dans un univers merveilleux, avec des personnages riches, complexes, hauts en couleur ! En un mot : un roman que j’aurai plaisir à offrir.