L’Affaire Léon Sadorski – Romain SLOCOMBE

L'Affaire Léon Sadorski - Roman SLOCOMBEJ’attendais la sortie de l’Affaire Léon Sadorski avec impatience. En plus d’avoir pour auteur Roman SLOCOMBE et d’être publié par La Bête Noire, L’Affaire Léon Sadorski fait son entrée avec une ravissante couverture. Mon avis sur ce roman est assez nuancé et je vais vous expliquer pourquoi…

L’histoire : Avril 1942. Au sortir d’un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l’Occupation. Pétainiste et antisémite, l’inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d’un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des Renseignements généraux, contrôle et arrête les Juifs pour les expédier à Drancy. De temps en temps, il lui arrive de donner un coup de main aux Brigades spéciales, d’intervenir contre les « terroristes ».
Mais Sadorski est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, ou on le jette en prison. Le but des Allemands est d’en faire leur informateur au sein de la préfecture de police… De retour à Paris, il reçoit l’ordre de retrouver son ancienne maîtresse, Thérèse Gerst, mystérieuse agent double que la Gestapo soupçonne d’appartenir à un réseau antinazi.

Mon avis : Dès les premières pages on se retrouve immergé sous l’occupation où l’ambiance pesante de la suspicion permanente et des petites horreurs quotidiennes vous prennent à la gorge. Certains passages sont glaçants. Tout le roman l’est, d’ailleurs. Sadorski est un personnage ambigu et il est difficile de s’identifier à lui. Patriote, il a combattu lors de la première Guerre Mondiale, Sadorski collabore pourtant allègrement avec les autorités allemandes. Depuis son cabinet des RG, il lui tient à cœur de mettre tous ses efforts au service de sa principale mission : rechercher, trouver et arrêter des juifs et des communistes en vue de leur déportation. Difficile donc d’éprouver de l’empathie pour ce personnage tordu (misogyne, pervers et cruel) qui force néanmoins le respect par son excellent flaire de policier.

Côté intrigue, il se passe beaucoup de choses. Les rebondissements sont variés en intensité et les longueurs dans le déroulement de l’histoire ainsi que la fin laissent présager une suite à l’Affaire Léon Sadorski.

J’ai parfois été dérangée dans ma lecture par la multitude de détails, de précisions qui montrent que l’auteur a effectué de longues cherches (en témoigne la bibliographie à la toute fin du livre). Cette masse de détails en fait un roman profondément ancré dans le réel/dans l’histoire.

Contrairement à certains lecteurs, je trouve que les comparaisons entre ce roman et notre actualité (et ses possibles dérives) sont exagérées et inutilement moralisatrices. Je sais pourtant que Romain SLOCOMBE veut nous amener à réfléchir sur nos actes et pensées lors de moments graves mais je trouve cela tellement excessif et déplacé que je ne peux pas y adhérer.

Romain SLOCOMBE est un auteur de renom et ses romans sont d’une grande qualité littéraire et historique. Ce n’est pas pour rien que Robert Laffont présente son roman au prix Goncourt 2016.

Publicités

5 réflexions sur “L’Affaire Léon Sadorski – Romain SLOCOMBE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s