Maestra – L. S. Hilton

Maestra - L. S. HILTONJ’ai attendu avec beaucoup d’impatience la sortie de ce roman dont tous les médias parlent et qui a déjà une adaptation cinématographique de prévue dans son planning de roman à succès. Une bonne expérience de lecture qui m’a beaucoup fait rire : L. S. Hilton a un style bien à elle !

L’histoire : Judith travaille dans une salle de vente très réputée de Londres. Elle se démène pour faire reconnaître sa valeur en tant que collaboratrice mais elle est exploitée par ces supérieurs comme le dernier larbin. Alors qu’elle tente de mettre à jour une fraude pour laquelle on s’est servie d’elle, Judith est licenciée. Elle va traverser l’Europe pour mettre au point une vengeance,  une vengeance qui se mangera froide dans la plus pure tradition

Mon avis : J’ai franchement rigolé en lisant certaines descriptions de personnages ou de traits de société. L’héroïne porte un regard désabusé et sans concession sur presque toutes les personnes qu’elle croise et en dresse un portrait acide ajoutant par-ci par-là quelques détails piquants ! A un moment, j’ai trouvé que ce roman était bourré de clichés sur : les touristes, les parisiens, les milliardaires, les hommes, les riches, les pauvres, les vieux, les étrangers… absolument tout le monde en prend pour son grade. Cela reste drôle la plupart du temps.

Je n’ai pas eu à me forcer pour imaginer Judith sous les traits de son auteur L. S. Hilton : une belle femme blonde aux grands yeux bleu qui a tout de la femme fatale. D’un autre côté, je ne sais pas si on peut dire de Judith qu’elle est attachante. Elle force le respect par sa volonté, son attitude de guerrière moderne, son humour noir, son immoralité et son machiavélisme sans limite. Judith est à sa manière une Talentueuse Mme Ripley… Ce qui m’a un peu gênée c’est le côté rocambolesque de cette histoire : on saute d’énormités en extravagances, la surenchère n’a pas de limite, ce qui est très divertissant bien qu’il desserve un peu la crédibilité de l’histoire.

Toutefois je pense que c’est sa stratégie commerciale qui fait/fera de Maestra un best-seller et non sa qualité littéraire/romanesque. Maestra n’est pas un mauvais roman mais, après lecture du premier volet, je trouve qu’il est tout de même assez loin d’être LE chef d’œuvre de la littérature venté par les médias ces dernières semaines. J’attends avec beaucoup d’impatience les deux prochains volets pour me faire un avis sur cette histoire dans sa globalité. J’aurai préféré lire ce livre en été alors, je vous conseille d’attendre quelques mois et un transat en plein soleil pour le commencer : il n’en sera que meilleur !

Je ne résiste pas à l’envie de vous copier un passage croustillant :
Citation : « Qu’aurait ressenti Cendrillon si, enfin arrivée au bal, elle s’était retrouvée dans une soirée d’agence immobilière ? Les énorme bougies en pot Jo Malon ne suffisaient pas à masquer l’odeur âcre des rots de champagne. Des centaines de mecs au teint terreux et mal fringués étaient massés autour de l’open bar, frétillants comme des mormons lâchés dans Atlantic City. » (Maestra, HILTON, p. 62)

Publicités

2 réflexions sur “Maestra – L. S. Hilton

    • lespagesdesam dit :

      C’est le double effet Kiss Cool du matraquage médiatique et publicitaire… Parfois il arrive que toute cette publicité ne soit pas complètement justifiée 😉 Néanmoins ça se lit bien et comme l’héroïne voyage beaucoup, ça peut être une bonne lecture de vacances 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s